Échanges sur la création d’une association pour porter et prolonger l’initiative de ce site.

Nous vous proposons de continuer les échanges sur un forum plus adapté

J’ai écrit ci-dessous un texte qui peut servir de point de départ aux échanges. Après ces considérations générales (mais essentielles) il faudra, pour ceux qui voudront s’embarquer dans l’aventure réfléchir aux aspects plus concrets : nom, statuts…

Les commentaires sont ouverts sur cet article. L’article n’est pas accessible de la page d’accueil mais vous pouvez partager son adresse avec les personnes que vous imaginez pouvoir être intéressées.


Projet pour une association au service d’une production locale au bénéfice des habitant·e·s dans le territoire du Cotentin

Il est utile de partir d’un constat : la situation d’aujourd’hui montre bien à quel point nous sommes dépendant·e·s même pour nos besoins primaires de chaînes d’approvisionnement, de décisions qui nous dépassent complètement. Pour beaucoup d’entre nous ce n’est pas une surprise et, au delà de la crise du moment, nous sommes conscient·e·s de l’importance de travailler l’autonomie de nos territoires. Pas dans un état d’esprit de repli car les savoirs, la culture, la connaissance peuvent – doivent – voyager mais parce que c’est une exigence écologique pour limiter l’impact de nos vies sur le climat et la biodiversité, c’est aussi nécessaire pour améliorer la résilience du territoire devant les futures crises que nous aurons probablement à affronter.

On peut discuter de l’échelle la plus pertinente pour œuvrer à la relocalisation de l’économie. Notre presqu’île le Cotentin – maintenant réalité institutionnelle – semble s’imposer comme une échelle à la fois suffisamment grande pour bénéficier d’une diversité des ressources et néanmoins pas étendue au point d’empêcher les échanges. On peut souligner l’opportunité du caractère à la fois rural, maritime et urbain.

Il existe déjà dans le Cotentin de nombreuses initiatives pour la transition écologique. Tant mieux !

La création du site cotentin.shop s’est faite dans l’urgence pour essayer d’aider les producteurs et productrices locaux dans une période difficile pour eux avec la disparitions de pans importants de leurs débouchés. Elle n’aurait pas émergé cependant sans de nombreuses discussions et réflexions sur les outils à mettre en construire pour encourager la production locale.

Des échanges que nous avons eu au cours des derniers jours, il résulte qu’il serait utile de créer une association dont le but serait :

  • à court terme de porter le site cotentin.shop car il serait à la fois plus pratique et plus conforme à l’envie d’agir collectivement que ce site ne soit pas porté individuellement par une personne
  • à plus long terme de mener toutes les actions pouvant encourager l’autonomie et la résilience locale en soutenant la production locale et ceux qui la font

Même si les productions agricoles alimentaires sont des biens de première nécessité dont le besoin est évident, production locale peut s’entendre au sens large : nous utilisons beaucoup d’autres biens importants pour notre confort et qui viennent de loin ou très loin avec des impacts environnementaux et sociaux insoutenables.

L’objectif est important mais la façon de faire est essentielle aussi. Ainsi il est important d’affirmer et de définir une éthique de fonctionnement respectueuse de tous et toutes, et aussi de rappeler que le projet doit bénéficier au plus grand nombre et avoir une attention particulière pour les plus en difficultés.

13 réflexions au sujet de « Échanges sur la création d’une association pour porter et prolonger l’initiative de ce site. »

  1. Bonjour,
    Excellente idée ! Ce site apparaît comme une nécessité à long terme, et pour qu’il soit viable une association semble la bonne solution.
    Lydia.

  2. L’idée de l’association est bonne, après voir la mise en forme et mise en place avec éventuellement un local pour la distribution et un ensemble de personnes prêt à s’investir dans cette aventure.

  3. Par contre il existe déjà beaucoup de groupements de producteurs style «  les croisés des paniers, la ruche qui dit oui, les jardins de la vieille école, les douces prairies, etc…. » , n’oublions pas également les marchés, il faut peut-être avoir une réflexion sur les besoins locaux ,si on continue les livraisons ou dépôt dans un local, si on référence que les producteurs locaux bio, non bio ou en conversion. Enfin bref encore beaucoup de questions en perspective…😀😀

    1. Oui, il serait bon d’avoir une « photographie » de ce qui se fait déjà avant d’organiser une nouvelle structure, l’idéal est que cette nouvelle structure améliore ce qui existe déjà et complète ce qui manque…
      Le périmètre tant géographique que d’activités n’est pas évident à déterminer… le plus simple est certainement de commencer « petit » mais pour être efficace je pense qu’il nous faut un temps de « diagnostique » avec les acteurs locaux que l’on connaît ….
      Je vois deux choses à faire dans un 1er temps: une liste des structures associatives qui existent dans ce secteur (mise en relation producteur·rice·s/consomateur·rice·s) et recenser les liens qui existent déjà entre ces structures et nos producteur·rice·s pour les inclure (si on veut globaliser), pour être complémentaire (pour ne pas marcher sur les platebandes de ceux·elles déjà organisé·e·s).
      Reste à trouver un mode d’organisation pour réfléchir collectivement, tout en étant confiné·e·s !!!! Un bout du forum de la Coop, un autre forum, un frampad (mais peu pratique me semble-t-il), un groupe Whatsapp ? avec un·e/deux coordonateur·rice·s/animateur·rice·s ?
      A vos idées ….

    2. Bonjour à tous, Oui c’est pour moi une évidence une association pérenne devra être mise en place. Avec un large bureau et un panel important de volontaires. Nous avions l’intention après les élections d’aller rencontrer les 2 associations historiques sur Caen…..
      Il va falloir répondre à l’urgence du déréglement climatique avec un réel combat entre le capitalisme (pour ne pas dire barbarie) et une réelle socialisation de tous les acteurs.
      Cela dit , les producteurs ont besoin d’une mise en place réelle d’échanges entre eux et de les tous membres de l’association (pour ne pas employer le mot consommacteurs).
      Alors oui à un local car je ne vois pas comment il pourrait en être autrement
      A suivre

  4. Bonjour,
    Cotentin shop est un début de projet prometteur et qui mérite d’être poursuivi d’une part parce que ce serait dommage de perdre les liens créés avec les producteurs et d’autre part pour un projet plus global où cette future association pourrait aussi développer des activités de résilience comme une ressourcerie, des ateliers zéro déchet, impulser des productions locales qui nous viennent souvent de loin… Ce réseau pourrait aussi soutenir un projet de monnaie de locale … Je pense qu’il faut aussi bien rôder le côté vente de produits alimentaires et locaux via le site lequel pourra perdurer car ainsi en précommandant il n’y a pas de perte dans le sens où tout ce qui est commandé est vendu, ce qui est, pour moi très important, le moins de perte possible, puis « grossir » petit à petit . Un local serait sans doute à envisager dans un 2eme temps. Il y a des initiatives de ce genre dans la région, notamment à Caen, la coop 5%, et si nous decidions ensemble d’un tel projet nous pourrions prendre contact avec eux.
    Il va falloir aussi réfléchir à l’organisation des livraisons qui pour l’instant sont à domicile, d’autant plus si le gamme et le choix des produits s’étoffe.
    Pour ma part il faut profiter de cette initiative pour continuer et sans doute que la forme associative est la plus appropriée pour commencer.
    😊👍🏵️🌿☀️

  5. Bonjour
    Connaissez vous le site https://www.monepi.fr/
    Je découvre, mais cela me semble bien répondre à ce que souhaitons.
    Sinon, au delà d’une association, j’imaginais une SCIC.
    Mais ce n’est que le début de ma réflexion.

  6. Bonsoir,
    Alors c’est vrai qu’il existe déjà beaucoup de groupements de producteurs mais d’une part, tous les producteurs que nous avons contactés se sont montrés très intéressés par ce qu’on leur proposait ( hormis un ou deux) et d’autre part, Nicolas souhaite ouvrir son site à des ressources locales non alimentaires et cette option fait défaut dans le cotentin.
    Sinon, je vous rejoins complètement sur la nécessité d’une association pour porter tout cela, au moins pour commencer et comme tu le dis Gérard, une SCIC dans un deuxième temps. Des outils qui vont nous permettre à la fois de répondre aux besoins actuels mais aussi préparer l’avenir avec une économie beaucoup plus locale et respectueuse de l’environnement.
    J’adore euh j’adhère ;-)🤩🌾🌺🐝🦔

  7. Bonjour à tous,
    C’est vrai que ce serait bien de recenser les actions qui existent déjà dans ce domaine pour compléter sans concurrencer bêtement mais je crois que nous en connaissons déjà une bonne partie. Je créerai un document partagé quand j’aurai 5 minutes. Sinon l’agglomération du Cotentin a fait un recensement (assez décevant pour l’instant) : https://developpement.lecotentin.fr/jachete-local
    Je vous propose une réunion en visioconférence à 18h ce soir pour discuter de tous ça. J’envoie une invitation à ceux qui se sont déjà exprimé, les autres peuvent m’écrire à nicolas (arrobase) vivier.pro

  8. bonjour à toutes et tous
    Je partage pleinement les remarques de Florence
    -il faut recenser ce qui existe déjà comme structures existant (associations ou autres).
    Elles ont déjà des abonnés et sont fragiles.
    -Pour « l’après », il faut prendre en compte la survie des Biocoop en baisse de fréquentation due à l’augmentation de la proposition bio dans les grandes surfaces.
    Ne pas oublier que Biolavie à Cherbourg est l’un des distributeurs privilégié des producteurs envisagés.
    – Encore pour « l’après », un monde internet avec distribution individuelle est-il ce que nous souhaitons ?
    catherine

  9. Bonsoir,
    Je partage pleinement vos remarques concernant le besoin d’un outil qui pourrait mettre en lien les producteurs et les consommateurs. Je pense que celui-ci devra faire ses preuves avant de pouvoir réfléchir à aller plus loin, comme réfléchir à une monnaie locale ou autre.
    Avez-vous commencer à recenser les autres associations? Car nous ne devons pas faire concurrence à une autre structure qui aurait le même but, et nous pouvons nous appuyer sur des expériences plus éloignés qui fonctionne déjà.
    Je rejoins la proposition de Gérard. Monépi a l’air d’être vraiment bien, simple, et totalement adapté à ce que nous décrivons dans ces premières réflexions.
    Je suis aussi d’accord avec la dernière interrogation de Catherine, mais Monépi a l’air de pouvoir s’adapter autant à une association de livraison qu’à une association avec un local, et donc dans un second temps de pouvoir créer du lien social en plus du but premier de distribution alimentaire.
    Serait-il possible d’être au courant si vous continuez cette discussion sur une autre plateforme?
    Merci!

    1. Bonjour,
      nous continuons la discussion sur un forum créer pour mettre en place une association… aller à https://cotentinshop.vivier.pro/
      bonne journée !

  10. Bonjour à tous,

    Voici notre grain de sel à la réflexion en cours, au nom du Club Dinette :

    Nous pensons, comme certains d’entre vous, qu’il serait plus qu’intéressant de lister les organisations existantes qui œuvrent pour le même but (autonomie locale dans le respect du vivant) et nous aimerions que ces entités se réunissent pour réfléchir à l’émergence d’une nouvelle entité plus ambitieuse, plus lisible et pratique pour les (futurs) consommateurs, autant que pour les producteurs.

    Ce moment particulier est opportun pour lancer les bases d’une nouvelle dynamique. Nous nous excusons de ne pas avoir pu prendre part à la dernière réunion visio, dont il serait d’ailleurs intéressant d’avoir un compte rendu?

    Pour aller plus en détail sur notre vision d’un tel projet, voici quelques points qui nous semblent importants :

    La simplicité : une plateforme web, + un local, avec pour mission l’approvisionnement en produits locaux respectueux du vivant. se cantonner à ces mission claires, et ne pas multiplier les projets, nous aidera à être efficaces, dans cette urgence écologique.
    Une charte des critères de sélection des producteurs (bio? local? écologique? en conversion?…), devra être établie démocratiquement.
    Les principes éthiques et de prises de décisions devraient être démocratiquement décidés dans le consensus, pas dans l’urgence. Nous irons peut être un peu moins vite, mais beaucoup plus loin.
    Les notions d’une gestion stricte (caisse, bons de livraisons, factures, etc…), contraignante pour les membres (obligation de donner du temps…), et de rentabilité du projet, selon nous ne devraient pas être des gros mots. Encore une fois, face aux enjeux, se donner ces moyens nous semble indispensable.
    La communication et l’image (explications claires, logo, réseaux sociaux…) nous semblent un des points primordiaux à mettre en œuvre. Notre cause a besoin de séduire, et d’être comprise, au dela du cercle des initiés, pour avoir un réel impact, et passer à la vitesse supérieure.

    Ces grandes lignes, nous les tirons en grande partie de l’enseignement de l’expérience de Cotenvie, qui a connu des écueils sur ces points-là, selon nous.

    Il sera aussi très intéressant de s’inspirer et de calquer des méthodes sur des structures existantes, comme la coop 5 pour cent à Caen, la louve (supermarché collaboratif à Paris), Monepi.fr, et bien d’autres, tout en les adaptant à notre contexte particulier et nos expériences.

    Maintenant, comme certains l’ont dit, il faut trouver le canal idéal pour ces discussions. La visio n’est peut être pas idéale pour tout le monde, et pour avoir un suivi, les commentaires sur le site ne sont peut être pas consultés par tous, les mails ce n’est pas très organisé… Sur ce point là nous n’avons pas d’avis tranché.

    En espérant pouvoir continuer de discuter de tout cela avec vous, nous sommes en tout cas très enthousiastes de cette dynamique actuelle, et pensons qu’il faudra savoir en faire quelque chose d’inédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *